mardi 15 mars 2016

2015, une année noire pour la distribution de matériels de BTP


Accueil > Actualités du BTP > Vie des sociétés > 2015, une année noire pour la distribution de matériels de BTP

2015, une année noire pour la distribution de matériels de BTP http://www.batiweb.com

2015, une année noire pour la distribution de matériels de BTP
En 2015, les marchés de la distribution et de la location de matériels de BTP ont enregistré un nouveau recul. Fortement impactée par la crise prolongée des secteurs du bâtiment et des travaux publics, la distribution a d’ailleurs connu sa plus forte baisse d’activités en 7 ans (- 10%). Mais si la tendance est au repli, les professionnels du DLR ont noté une légère amélioration de l’activité en fin d’année, laissant présager une inflexion probable dans les mois à venir.

Vie des sociétés |

2015 aura été une année noire pour le marché de la distribution de matériels de BTP. En effet, avec un chiffre d’affaires de 4,1 milliards d’euros, en repli de 10% par rapport à 2014, les distributeurs ont une nouvelle fois subi les conséquences d’une crise prolongée dans le secteur de la construction.

« Les résultats de l’année 2015 reflètent l’activité des marchés du bâtiment et des travaux publics, dont nos métiers sont fortement dépendants. Il n’y a pas de grands travaux en cours, pas de grands chantiers lancés… Donc les entreprises n’investissent pas », estime Sonia Dubès, présidente du DLR.

La forte contraction du chiffre d’affaires des distributeurs s’explique avant tout « par un recul marqué des ventes de matériel neuf (- 14%) », un segment qui représente la moitié du chiffre d’affaires global.

Le repli des ventes s’est observé dans l’ensemble des activités de la branche distribution : - 9% pour les pièces détachées, - 2% pour le SAV et - 4% pour la location. Seules les ventes d’occasion se sont stabilisées par rapport à 2014 (0%).

La forte contraction du chiffre d’affaires a eu un impact négatif sur le résultat net des distributeurs puisque la rentabilité des entreprises est passée de 2% à 1,7% pour s’établir à 70 millions d’euros en 2015.

Cependant, la dégradation de l’activité n’a pas impacté l’emploi du secteur. En effet, les effectifs sont restés stables sur un an (12 816 salariés contre 12 758 l’an dernier). Par ailleurs, la tendance baissière a été nettement moins marquée au 4e trimestre, une inflexion qui devrait se confirmer courant 2016.

L’activité de location pourrait repartir

Pour la troisième année consécutive, le chiffre d’affaires des loueurs de matériel de BTP s’est replié (- 2% sur un an) pour s’établir à 3,58 milliards d’euros, une baisse cependant moins marquée que l’année précédente (- 4% en 2014).

Tout comme les acteurs de la distribution, les professionnels de la location ont vu leur activité se stabiliser en fin d’année dernière, « ce qui suggère une probable inflexion dans les prochains mois », indique l’enquête baromètre du DLR.

La baisse de l’activité s’est traduite par une réduction des effectifs (- 1% sur un an), l’emploi dans la location s’établissant à 21 700 personnes au total. En revanche, « les réductions d’effectifs, conjuguées à la politique de baisse des charges engagée par le gouvernement, ont permis de redresser la rentabilité du secteur », indique le DLR.

Ainsi, si la productivité apparente du travail a diminué (165 000 euros par actif), la rentabilité du secteur s’est redressée de 19% sur un an. Le résultat net de la profession s’est établi à 3,3% du chiffre d’affaires, soit 117 millions d’euros.

Du côté des investissements, les chiffres ne sont pas au plus haut notamment du fait de la faiblesse de l’activité dans le BTP. Les montants investis se sont établis à 495 millions d’euros en 2015, soit - 26% par rapport à l’année précédente. Par ailleurs, le manque d’investissements a occasionné un vieillissement du parc de matériel (64 mois) et une baisse de sa valeur globale (- 1%).

« La part des investissements en proportion du chiffre d’affaires est tombée à 15% », précise le baromètre.

La manutention portée par la reprise de l’économie

L’activité des loueurs et distributeurs de chariots de manutention a progressé en 2015. Sur un an, le chiffre d’affaires du secteur a progressé de 2% pour s’établir à 1, 81 milliards d’euros, une hausse qui s’explique par « le frémissement observé dans les secteurs clients de la manutention, notamment l’industrie », estime le DLR.

La hausse de la demande a bénéficié à l’ensemble des segments du secteur : matériels neufs (+ 5%), matériels d’occasion (+ 4%) et location (+ 1%). Seules les activités de maintenance n’ont pas progressé (0%).

« Le dynamisme des ventes s’explique en grande partie par le bond des investissements dans les secteurs clients, favorisé par la mesure de suramortissement exceptionnel introduite au mois d’avril 2015 », explique le DLR.

En ce qui concerne les effectifs, après deux années de baisse, les chiffres se sont stabilisés (6 850 salariés et non salariés), tandis que la rentabilité des entreprises a continué à s’améliorer (+ 3% sur un an).

« L’amélioration du résultat net tient à l’effet conjoint de la hausse du chiffre d’affaires et de la politique de baisse des charges engagée par le Gouvernement », indique le baromètre.

En 2016, les professionnels de la manutention misent sur la poursuite du dynamisme de l’activité. Cependant, le renouvellement récent du parc de chariots dans les secteurs clients « risque d’impacter l’activité à moyen ou long terme » avance le DLR. « L’activité future reste fortement tributaire du caractère durable ou non de la reprise de l’économie française ».

« D’après différents observateurs, le bout du tunnel devrait arriver en 2018. Un rebond post-élection est à espérer. Nous nous trouvons dans l’action de la mutation. Les acteurs de nos professions ont tous intégré que nos mondes changent. Nous n’avons pas d’autres choix que de trouver des idées neuves pour transformer nos métiers », conclut Sonia Dubès.

R.C
© Fotolia