vendredi 3 juin 2016

Gandi, l’influence sans baratin


Image actu


Gandi, l’influence sans baratin


Publié le 02/06/2016


Ghandi défendait la non-violence, Gandi prône le « no bullshit ». Son influence, le pionnier français du nom de domaine et de l’hébergement, la développe sans déroger à sa ligne de conduite. Entretien décapant avec le C.E.O. Stephan Ramoin, à San Francisco.

INfluencia : Gandi possède pour tagline « No bullshit » et rejette la publicité. Parce que pour vous, elle est synonyme de « foutaise » ?

Stephan Ramoin : il peut y avoir de l’information dans la publicité, mais les publicitaires ne s’autocontrôlent pas beaucoup, et du côté des clients, ce n’est pas forcément mieux. Il y a de très belles publicités, mais dans le nombre, seules 5 % ou 10 % d’entre elles me semblent bonnes et informatives. De celles qui me font découvrir quelque chose, qui ne me prennent pas pour un idiot en me racontant n’importe quoi, et qui en même temps vont me faire passer un bon moment.


IN : vous ne pensez pas qu’en étant dans ces 5 % ou 10 % vous pourriez élargir votre influence ?

SR : oui ! Mais du coup j’ai bien peur qu’en faisant de la publicité, les gens se disent que nous sommes dans les 95 %… Pour comprendre cette analyse-là, il faut savoir qui sont nos clients principaux. Le premier cercle se compose de développeurs, de codeurs, mais aussi de grandes et petites entreprises, Madame Tout-le-monde… Mais notre cœur de cible, ce sont les mêmes geeks qui composent Gandi : ils sont open source, extrêmement citoyens et humanistes. Ils poussent la transparence et l’honnêteté à des niveaux assez rares. Ils essayent vraiment d’être purs : pour eux, le monde est souvent blanc ou noir alors que dans la réalité, il est souvent gris.

Dire et écrire « No bullshit », c’est affirmer sans détour que quand nous faisons quelque chose, nous nous mettons à la place du client qui reçoit l’information. A-t-on été honnête dans ce qu’on a dit ? commis une bêtise ? fait quelque chose qu’on peut corriger ? C’est cette culture-là, appliquée en permanence, qui nous permet de ne pas faire de publicité. Tout l’argent que nous ne dépensons pas dans la pub pour dire : « Venez acheter notre produit ! », nous le mettons dans ce qui permettra que ce soit un ami, n’importe qui, qui incitera à ce qu’on nous rejoigne. Nous nourrissons le bouche à oreille : si quelqu’un vous a dit de venir, c’est qu’en tant que client, il a été content sur la durée.


IN : donc, au lieu de vous payer des pubs pour narrer votre culture d’entreprise, l’éthique et ce qui fait la force de Gandi, vous préférez sortir le chéquier pour la relation et le service client. C’est une influence très humaine voire anachronique, non ?

SR : l’argent qui n’est pas dépensé dans la promotion de notre activité est investi dans le développement et le produit, pour s’assurer d’une qualité globale maîtrisée. Si vous faites du bouche à oreille avec un produit qui n’est pas bon, qui ne marche pas, ou si votre client n’a comme unique point de contact avec vous qu’une plateforme téléphonique où l’on parle à peu près sa langue, où l’on ne sera pas capable de répondre à son besoin… faire de la pub ne sert à rien. Il faut avoir un bon produit, un bon service, et c’est pour cela que ce que nous avons trouvé de mieux, c’était encore d’avoir les développeurs proches des besoins des clients, pour que tout soit maîtrisé en interne.

J’ai travaillé dans des agences de développement qui sous-traitent en Moldavie, en Roumanie, en Arménie. C’est quelque chose que nous ne ferons jamais. Cela nous coûte peut-être beaucoup plus cher et nous empêche certainement d’être plus rentables, mais c’est un choix de développement à long terme. Il est dicté par le fait que nous nous moquons de notre valorisation à court terme par les investisseurs. À tel point que nous aimerions que la société nous survive. C’est complètement surréaliste d’affirmer cela dans le monde actuel. Je ne dis pas que ce sera le cas, juste que nous travaillons à cette fin-là. S’il y a quelqu’un qui vient et veut racheter Gandi, il est le bienvenu, on discute, tout va bien. Attention, je ne suis pas demandeur ! Mais je reste totalement pragmatique. Je ne rêve pas, je dis juste que la manière dont nous développons Gandi est de plus en plus rare et reflète notre « No bullshit ». C’est lié à la transparence, au fait de ne pas faire de pub, à notre marché, à qui nous sommes.


IN : en supposant que vous aimeriez que vos préceptes et votre vision soient généralisés pour qu’ils gagnent en influence, ne faut-il pas néanmoins des prophètes et des leaders d’opinion ?

SR : prenons un peu de distance et discutons d’un exemple qui parlera à tout le monde : Warren Buffet qui est juste la deuxième ou troisième personne la plus riche au monde et un investisseur reconnu. Dans une interview assez récente, il évoquait le legs de 95 % de sa fortune à la fondation Bill et Melinda Gates, on devrait d’ailleurs dire Melinda et Bill Gates. Le journaliste lui demande pourquoi avec sa fortune il ne crée pas sa propre fondation. Warren Buffet lui dit que pour que ce genre de fondation soit efficace, il faut que ce soit une personne qui la gère. En l’occurrence, il a confiance en Melinda Gates. Le journaliste lui rétorque alors : « Vous avez presque 90 ans, pourquoi ne pas l’avoir fait avant ? ». Et là, Warren Buffet donne une explication qui m’a toujours interpellé : « Mais si je l’avais fait quand j’avais 30 ans, je l’aurais fait avec 50 millions de dollars. Aujourd’hui, je le fais avec 50 milliards, ce qui est quand même plus intéressant ».

C’est vrai qu’au premier abord, on est tenté d’être d’accord avec ce qu’il dit. Mais on peut aussi se poser la question de savoir comment il a fait pendant cinquante ans pour ne pas s’en soucier du tout ! Je ne veux pas donner de leçon, mais quand il disposait, cinquante ans en arrière, de 50 millions de dollars, c’était déjà beaucoup d’argent, il aurait pu au moins essayer à ce moment-là, mais cela semble ne pas l’avoir effleuré. Un soir, je suis sorti de nos bureaux, ici, à San Francisco, vers 20 heures, un père et son fils dormaient dans le hall d’entrée… Je n’en ai pas fermé l’œil pendant trois jours.

Le changement passe par le consommateur, c’est lui qui détient la solution. Nous, à notre petit niveau, on le fait surtout pour ce qui est de la data et de l’adoption de la technologie par la population. Elle aide les gens à être mieux informés, et c’est pour cette raison que j’ai aidé « Arrêt sur images » à lever 750 000 euros pour continuer d’exister sur le Web. Si les gens apprennent jour après jour, à un moment donné, lentement, cela va bouger.


IN : l’authenticité, la vérité et la droiture sont-elles aujourd’hui des leviers d’influence qui n’existaient pas il y a dix ans ?

SR : un peu, oui. Mais si je ne suis pas prosélyte, c’est parce que je ne suis pas certain de rencontrer un écho suffisant dans la société dans laquelle je vis pour justifier les efforts d’abandon de vie privée que cela demanderait. Pourquoi irais-je m’embêter à dépenser du temps et de l’énergie sur des choses dont les gens se moquent royalement de toute façon. Je valorise ma vie privée bien au-delà de révolutionner la société qui m’entoure. Après, quand on me pose une question, je réponds. Je ne me défile pas. Je donne mes opinions et je pense que la société dans laquelle on vit s’ouvre de plus en plus à tous ces leviers.

La nouvelle génération qui arrive, notamment dans le développement, me semble apte à changer la société vers plus de sincérité, d’égalité. On vit dans un monde où la ressource maintenant c’est la data, et c’est un facteur qui peut faire évoluer les choses favorablement. En revanche, la société humaine dans son ensemble est-elle prête à tout cela ? Non. Nous habitons un micro-milieu de développeurs privilégiés, plutôt à la peau blanche, même si les Indiens commencent à nous rejoindre. Donc on ne parle là que de minorités dans une minorité de la minorité. Dans la vie globale de la cité qui est la nôtre, ces notions ont-elles quelque importance ? Je n’en suis pas certain.