jeudi 2 juin 2016

Smartphone : l'art d'exploiter nos vulnérabilités psychologiques...

Image actu

Smartphone : l'art d'exploiter nos vulnérabilités psychologiques...


Publié le 01/06/2016 Benjamin Adler      http://www.influencia.net/fr
Twitter : @BenjaminAdlerLA



Sommes-nous gavés comme des oies par les géants du web, capables de nous faire croire que nos choix de consommation sont les nôtres et pas les leurs ? Pour un ancien de Google, la réponse est oui. La raison ? Notre vulnérabilité psychologique.

Il faut que l’Homme libre prenne quelque fois la liberté d’être esclave. Jules Renard ne surfait pas sur le web, ne possédait pas de smartphone et ne vivait pas dans un environnement numérisé. Pourtant, sa pensée vieille de plus d’un siècle n’est aujourd’hui en rien anachronique : pour conserver l’impression d’être libre dans un monde digital qui empilent ses données dans des méga-serveurs kubrickiens, l’être humain de 2016 doit accepter d’être le serf de ses applications mobiles.

L’asservissement est la condition sine qua non d’un mode de vie connecté qui n’acceptera plus de marche arrière. Parce que notre vulnérabilité psychologique est exploitable, abracadabra les développeurs web se transforment en magicien. Et nos téléphones en machines à sous de casino. Addictives. Dans une récente tribune publiée sur Medium, la plate-forme créée par l’ancien co-fondateur de Twitter Evan Williams, un ancien éthicien et philosophe de… Google porte un regard anthropologique interpellant sur le nouvel opium du peuple : le smartphone.

Pendant des années, Tristan Harris, magicien à ses heures perdues, a aidé le glouton de la Toile à inventer et promouvoir des designs d’applications enracinant la pleine conscience des utilisateurs dans les écrans de leur téléphone. L’ambition ? Nous rendre accrocs, emprisonnés dans un rapport de soumission que nous refusons d’admettre, ou que nous ne ressentons même pas, à tort. De la même manière qu’un prestidigitateur peut influencer l’action d’une personne sans même qu’elle agisse, un développeur web peut exploiter les vulnérabilités psychologiques pour lui donner le sentiment de faire des choix trop orientés pour être libres.


Le théorème du bol de soupe


« S’il veut maximiser l’addiction d’un utilisateur de smartphone, tout ce qu’un designer technologique doit faire est de relier l’action d’un utilisateur avec une récompense variable. Vous tirez sur un levier et recevez immédiatement une compensation séduisant, mais aussi possiblement rien du tout. Là où l’addiction est la plus maximisée est quand le taux de récompense est le plus variable. Plus les gens sont accrocs à leur smartphone, mieux c’est pour le business. Mais il est de la responsabilité d’entreprises comme Google et Apple de réduire ces effets nocifs en rendant la récompense plus prédictives et moins addictives », écrit dans Medium Tristan Harris.

Pour appuyer son propos, l’ancien employé de Google cite une étude réalisée par le professeur de la prestigieuse université de Cornell, Brian Wansink. Intitulé Bottomless Bowl, son travail expérimental démontre que même quand il n’a plus faim et que son bol de soupe est vide, un consommateur en remangera si son bol a été automatiquement re-rempli sans son assentiment. Le principe des géants du web repose sur le même principe de gavage.

« Les flux de news sont intentionnellement designés pour se remettre à jour pour vous donner encore envie de scroller. Tout ce qui donnerait une raison de faire une pause ou de quitter le site est intentionnellement éliminé du design. C’est la raison pour laquelle les médias vidéo et sociaux comme Netflix, You Tube ou Facebook pratiquent la lecture automatique de la prochaine vidéo après un compte à rebours. Ils vous empêchent de faire un choix conscient. Dans les chiffres d’audience, il est prouvé que la stratégie marche », explique Tristan Harris.

En gros, une fois que vous savez comment les gens appuient sur des boutons, vous pouvez jouer avec eux comme avec les touches d’un piano. La métaphore n’est pas de nous, mais de Tristan Harris. Il conclut : « Plus la technologie nous donne de choix dans quasi tous les domaines de notre vie, plus nous partons du principe que notre téléphone constitue le menu plus pratique et habilité sur lequel nous devons choisir. En moyenne nous regardons nos téléphones 150 fois par jour. Pourquoi ? Faisons-nous 150 choix conscients par jour ? »