jeudi 3 novembre 2016

Facebook engrange 2 milliards de dollars de bénéfices, de quoi accélérer sur ses investissements l’an prochain


  • Au troisième trimestre, le réseau social a réalisé un chiffre d’affaires de 7,01 milliards de dollars, en hausse de 55,8% sur un an.
     
  • David Wehner, directeur financier de Facebook, a déclaré aux investisseurs que la firme de Menlo Park s’attend à voir sa croissance ralentir «sensiblement» en 2017.
     
  • A la recherche de nouveaux relais de croissance, Facebook mise sur la vidéo pour affronter la concurrence de Snapchat et Instagram.
 
Facebook continue d’augmenter ses revenus et sa base d’utilisateurs. Au troisième trimestre, le réseau social a réalisé un chiffre d’affaires de 7,01 milliards de dollars, en hausse de 55,8% sur un an. Quant au bénéfice net, il s’élève à 2,37 milliards de dollars, contre 891 millions de dollars au troisième trimestre 2015. 
Dans le même temps, Facebook a enregistré 80 millions d’utilisateurs supplémentaires pour atteindre 1,79 milliard de personnes sur la plateforme. De plus, le réseau social a franchi un nouveau cap sur mobile. Facebook revendique désormais 1,09 milliard d’utilisateurs actifs quotidiens sur mobile, soit une progression de 22% sur un an. 

Les revenus publicitaires atteignent leur limite

Malgré des chiffres en progression constante, supérieurs aux prévisions des analystes financiers, David Wehner, directeur financier de Facebook, a rapidement refroidi les actionnaires. Et pour cause, il a déclaré aux investisseurs que la firme de Menlo Park s’attend à voir sa croissance ralentir «sensiblement» en 2017.
Le réseau social ayant atteint la limite du nombre de publicités qu’il peut afficher dans le fil d’actualité de ses utilisateurs, cela signifie que Facebook ne peut pas continuer à voir ses revenus progresser en augmentant son volume de publicités. «Avec une contribution beaucoup plus faible de la publicité à l’avenir, nous nous attendons à voir les taux de croissance des revenus publicitaires baisser de manière significative», explique David Wehner.
Conséquence directe de cette annonce, le cours de Facebook a plongé de 7% à la clôture du Nasdaq le 2 novembre. Faute de pouvoir compter sur la publicité pour faire croitre ses revenus, la firme de Menlo Park prévoit d’augmenter ses dépenses l’an prochain. «2017 sera une année d’investissement agressif», précise le directeur financier de Facebook. Cela passera notamment par une phase recrutement d’ingénieurs et l’installation de nouveaux centres de traitement de données. 

Vers une plateforme 100% vidéo face à Snapchat et Instagram

A la recherche de nouveaux relais de croissance, Facebook mise sur la vidéo. La firme américaine estime en effet que l’écrit va disparaître de sa plateforme dans les cinq ans à venir. «Facebook sera définitivement mobile et probablement entièrement vidéo», avait déclaré Nicola Mendelsohn, en charge des opérations du réseau social pour la région Europe, Moyen-Orient et Afrique, en juin dernier. Ce virage s’est notamment traduit par le lancement de Facebook Live.
En basculant vers la vidéo, Facebook veut s’armer pour affronter la concurrence de Snapchat. La messagerie éphémère, qui doit entrer en Bourse en 2017, revendique plus de 10 milliards de vidéos visionnées chaque jour sur l’application mobile. De plus, la firme de Menlo Park doit également faire face à Instagram. Le réseau social de photos a lancé «Stories», un outil communautaire fortement inspiré de Snapchat, en août dernier. En deux mois, Instagram est revenu à hauteur de Snapchat en revendiquant plus de 100 millions d’utilisateurs début octobre.
Lire aussi : Facebook prédit la fin de l’écrit au profit de la vidéo

Maxence Fabrion

Maxence Fabrion Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs