vendredi 2 décembre 2016

Beauty Clash vs. Beauty Slash

CAPTURE D'ÉCRAN: http://www.ladn.eu

Beauty Clash vs. Beauty Slash

http://www.ladn.eu

Introduction
L’âge d’une femme influe-t-il son rapport à la beauté et aux marques ? Des résultats tout en nuance dans cette étude menée par L’Express Style et KR Media.
Dans un contexte marché ultra-compétitif où convaincre les millennials et la génération Z est devenu un enjeu majeur pour les marques, l’Express Styles et l’agence KR Media ont souhaité, au travers d’une étude commune sur les femmes et la beauté, identifier et évaluer les nouveaux rapports à la beauté et aux marques impulsés par les plus jeunes… mais aussi comprendre comment celles-ci peuvent avoir un impact sur leurs aînées.

Les enseignements principaux de cette étude:

(En)Jeux. Génération selfie VS. reste du monde

S’il y a une rupture générationnelle nette à retenir, c’est celle-ci. Les 16-24 ans appréhendent la beauté dans une démarche quasi-artistique et égotique, et revendiquent la pleine maîtrise de tous les moyens d’expression de la beauté (du nail art ludique à la coloration audacieuse). Derrière ce jeu permanent, l’enjeu plus fort du PERSONAL BRANDING, où « la beauté, c’est se démarquer des autres » – Ind. 146

Féminité. Nouvelle(s) définition(s)

Pour toutes, c’est la fin de la femme fatale comme icône de référence. Elles n’aspirent pas tant à être sublimes qu’à savoir se sublimer et plébiscitent un idéal de charme plus que de conquête. Etre féminine, à tout âge, c’est savoir RÉVÉLER SA MAGIE UNIQUE… Ce petit quelque chose qui donne envie aux autres de vous aborder. « La beauté, c’est l’harmonie du corps et de l’esprit, un rayonnement naturel » C., 51 ans.

Tendances. L'appel à la nature

Pour près de 7 femmes sur 10, la beauté c’est d’abord RESTER NATURELLE. Une aspiration qui s’installe comme un véritable phénomène de société et se traduit à deux niveaux : – Des tendances émergentes, qui séduisent quel que soit l’âge mais encore portées par les plus jeunes : le RADICAL NUDE (ne plus porter de parfum et ne presque plus se maquiller) et le DIY, qui combine naturalité et convivialité. – Des tendances fortes : le « NO » (sans parabène, sans sulfate, non testé sur les animaux…) et le « ALL », avec un rapport à la beauté holistique qui se confirme auprès de toutes les générations.

Âge. Attitude agefluid & Apparence ageless

Dès 25 ans, avec l’entrée dans la vie active et une conscience plus forte, plus tôt, de ses beauty enemies (soleil, stress, fatigue, pollution…), les femmes sont dans une logique de réévaluation permanente de leur capital beauté. Une ATTITUDE AGEFLUID caractéristique des trentenaires comme des quadras. Ensuite, c’est le CLASH. Exit la fluidité, on entre en résistance et on envisage la médecine esthétique pour une APPARENCE AGELESS. Ainsi, 1 femme sur 5, après 50 ans, y a ou y aura recours pour lutter contre le vieillissement.

Mix. L'exigence augmentée

CÔTÉ PRODUIT, la fidélité aux marques et aux produits n’est pas là où on l’attend. Ainsi, les 16-24 ans déclarent davantage que leurs aînées, avoir leurs produits fétiches et ne jamais en changer. A contrario, l’envie de nouveautés progresse avec l’âge (34% des 50 ans et plus aiment tester régulièrement de nouveaux produits ; +8 pts vs. les 16-24 ans), avec des femmes prêtes à payer pour L’INNOVATION.

Influences. TIP for Teach & Inspire + Play

Les femmes croisent l’information et raisonnent en termes de croyance et bénéfices. Elles exigent des experts-inspirants, capables de leur apprendre de nouvelles techniques [TEACH], de leur faire découvrir des nouveautés et les inscrire dans une époque [INSPIRE], de les aider aussi à se projeter et à désacraliser la beauté [PLAY]. C’est la fin du clivage print/digital, T.I.P. is the new way…
Conclusion
Parce que la beauté est un secteur à part, avec des implications individuelles et même intimes, aucune tendance forte n’a véritablement de frontière d’âge. Les femmes défient les typologies, s’affranchissent des classements, et l’on observe des nuances plus que des différences entre les plus jeunes et cette nouvelle GÉNÉRATION AGEFLUID… qui ose même mettre fin au clivage print/digital.