lundi 30 mai 2016

drupa 2016 – Touch the Future Mega Trend Print 4.0 and the Digital Networking of Machines and Systems

drupa 2016 – Press Release No. 41
Capture d'écran:

Mega Trend Print 4.0 and the Digital Networking of Machines and Systems

The leading international trade fair for print and cross-media solutions kicks off with a new strategic focus, improved scheduling over eleven days, a new look and greater frequency running every three years. Under the motto “touch the future” drupa places the industry’s innovative power centre stage and provides a platform for future technologies. The focus is especially on next-generation and highlight themes such as print, packaging production, multichannel, 3D printing, functional printing or green printing.
“With this strategic reorientation and its focus on future and highlight themes we are obviously on the right track. Because the response of international upstream suppliers to the industry has been very good – which was not a given in view of the difficult market environment,” explains Werner M. Dornscheidt, President & CEO at Messe Düsseldorf GmbH. To the tune of more than 1,820 exhibitors from 54 countries will give impressive proof of the versatility and innovative power of their sector from 31 May to 10 June 2016 in all 19 Düsseldorf exhibition halls. “International global players and market leaders will present themselves alongside aspiring newcomers and innovative outfits from throughout the world. The complete spectrum of print and cross-media exhibits and topics will be represented. Such a comprehensive 360° view of the entire industry is provided by nobody but drupa,” underlines Dornscheidt.
The mega trend at drupa 2016 will be Print 4.0 as Claus Bolza-Schünemann, Chairman of the drupa Committee and Chairman of the Board at Koenig & Bauer AG explains. “Print 4.0 enables individualisation and personalisation in digital printing. In the face of high-quality packaging and the rapidly diversifying range of solutions in industrial and functional printing this digital networking of machines and systems offers the solution and guarantee for efficiency and competitiveness. Print 4.0 is the mega trend at drupa 2016. This is very clear even at this early stage.”
Added Value: Technical Side Events
The programme of accompanying technical events – including the drupa innovation park, drupa cube, the brands PEPSO (Printed Electronics Products and Solutions), 3D fab + print and “touchpoint packaging” – is a substantial enhancement offering target visitor groups real added benefit. 
One of the most important highlight themes at drupa 2016 is packaging production. According to current forecasts, the packaging market will grow to US $ 985 billion by 2018. A dedicated Special Show, “touchpoint packaging” comprising some 30 participating exhibitors, reflects the relevance of this market. This special forum in Hall 12 (Stand B53) has been designed and organised in close cooperation with the european packaging design association (epda), Europe’s leading association of brand and packaging agencies. To cater even better to the special needs of the various user industries, “touchpoint packaging” is divided up into four “future labs” namely “food & beverage”, “non-food”, “pharma” and “cosmetics”.
Another highlight theme at drupa 2016 is 3D printing. The potential of these additive manufacturing technologies for any vertical markets should not be underestimated. “The spare parts business in mechanical engineering or packaging design offer particularly great opportunities for machine producers, users but also print service providers,” says Sabine Geldermann, Director of drupa. The touchpoint 3D fab+print featured in Hall 7A (Stand C41) reflects this spectrum. As part of this special show the latest technical developments are presented here as well as visions and exciting examples of best-practice. Technology suppliers & users, exhibitors & visitors, visionaries & practitioners can all meet here for dialogue and drive this exciting subject forward.
Another major future theme at drupa 2016 is functional printing. Across the globe there are many application examples for printed electronics. Touch sensors on furniture surfaces, Bluetooth loudspeakers from paper or conductive inks are no longer science fiction thanks to innovative printing technology. drupa 2016 picks up on this highlight theme not at one but several points:
1.    Under the PEPSO brands various exhibitors will be represented with stands on the theme of Printed Electronics Products and Solutions.
2.    The OE-A (Organic Electronics Association) covers the topic with its members at “dip” (Hall 7.0).
3.    ESMA, the European for Screenprinting, Digitial and Flexoprinting Technologies, addresses this issue with a programme in Hall 6 (Stand C02) and Hall 3 (Stand A70).
4.    And finally, VDMA (Hall 7A, Stand B13) also offers a number of activities at its “Showcase Industrial Printing” feature.
Impulse-generating innovations and business case studies for process-driven print and publishing solutions are centre stage at drupa innovation park, where young companies and start-ups as well as global players are presented with pioneering solutions. For visitors the so-called “dip” in Hall 7.0 has the hard-to-beat benefit of allowing them to explore trend-setting innovations, solutions and business case studies on an easy-to-manage area. Presentations, lectures and interviews at the “dip energy lounge” round off the ranges displayed by approx. 130 exhibitors. 
The drupa cube has opted for a new approach under the heading “Entertaining, Educating, Engaging”. This event and congress programme (Hall 6, Stand D03) will centre on the innovative power of printing and the multi-faceted possible applications of printed products across a multitude of industries and spheres of life. The organisers succeeded in enlisting the multi-national The Medici Group founded and headed by CEO Frans Johannsson as an innovation partner. With his book “The Medici Effect” Johannsson caused a tremendous stir and has been associated with thinking and acting out of the box, known since then as the “out-of-the-box principle”. In addition to two keynotes on 31 May and 2 June the agenda will feature some 60 lectures by international experts.
drupa is open daily from 10.00 am to 6.00 pm (on weekends to 5.00 pm). 1-day tickets cost Euro 45 online and Euro 65 purchased at the ticket office. 3-day tickets are available online for Euro 120 (Euro 175 at the ticket office) while 5-day tickets are Euro 190 (Euro 290 at the ticket office). Students and trainees pay Euro 15 online instead of Euro 25 at ticket offices. All drupa tickets include free return trips to the Exhibition Centre by bus, light rail and trains within the networks of the Rhein-Ruhr (VRR) and Rhein-Sieg (VRS) transport authorities (on non-supplement trains, travelling 2nd class). For more information on the network go to and


Press Department drupa 2016
Monika Kissing/Anne Schröer (Assistant)
Tel.: +49 (0)211-4560 543; Tel: +49(0)211-4560 465

Fax: +49 (0)211-4560 87543


Further information at and the following social networks:
Twitter:; #drupa2016

Dolce & Gabbana mourra avec ses fondateurs

d&g collection été femme

Dolce & Gabbana mourra avec ses fondateurs

25 mai 2016 • Fashion & Accessoires • Romain

À l’occasion du Vogue Festival, Domenico Dolce et Stefano Gabbana se sont livrés à quelques confidences. Les deux fondateurs ont notamment exprimé leur opinion sur le « See now, buy now« , ainsi que sur l’évolution de la marque après leur mort.
stefano gabbana dominico dolce

Les confidences de Dolce & Gabbana au Vogue Festival

Le Vogue Festival a une fois de plus rassemblé les plus grands noms figurant dans l’univers de la mode.
Animé par Alexandra Shulman, rédactrice en chef du British Vogue, l’évènement fut l’occasion d’en apprendre un peu plus sur ces différentes personnalités.
mannequin femme d&g
Parmi elles, Dominico Dolce et Stefano Gabbana se sont entretenus avec la journaliste au sujet des différents transferts de directeurs artistiques valsant de maisons en maisons.
Les fondateurs de Dolce & Gabbana trouvent « étrange que tant de designers contemporains talentueux continuent de travailler sous les noms des designers décédés comme chez Christian Dior ou Yves Saint Laurent ».
« Imaginez un Scandinave dessiner notre marque… »
Concernant sa marque, Stefano Gabbana s’est exprimé sur son souhait de cesser toute activité de Dolce & Gabbana après sa mort. « Quand je mourrai, Dolce & Gabbana n’existera plus car elle n’aura plus d’âme. Imaginez un Scandinave dessiner notre marque, ce ne serait plus Dolce & Gabbana », a déclaré le styliste.

Dolce & Gabbana condamne le « See now, buy now »

Alexandra Shulman a également tenu à connaître la position des deux designers concernant la pratique du « Voir maintenant, acheter maintenant », qui bouscule depuis peu les calendriers de la mode.
dolce gabbana collection printemps
La réponse de Domenico Dolce et Stefano Gabbana est catégorique, ils n’adhèreront pas à cette nouvelle tendance.
Pour eux, entrer dans le mouvement du « See now, buy now » entraverait le temps nécessaire pour la production de leurs collections, empêchant des changements de dernière minute juste avant les défilés.
mannequin dolce gabbana
Les deux designers ont affirmé leur statut de conservateur en soutenant qu’ils ne réuniraient pas leurs collections hommes et femmes. « Les hommes sont des hommes et les femmes sont des femmes, on ne peut pas les mélanger » ont-ils indiqué.
« Les hommes sont des hommes, les femmes sont des femmes »
Le duo Dolce & Gabbana s’est également exprimé sur les bons résultats financiers enregistrés par la marque ces deniers temps. Des résultats obtenus grâce aux ventes de vêtements, chaussures et sacs hauts de gamme produits par la griffe italienne.

Le saviez-vous ?

Dolce & Gabbana n’est jamais parvenu à obtenir le nom de domaine pour son site Internet. Celui-ci était déjà utilisé depuis 1986 et a été racheté en 2010 par Dollar General.

d&g collection été femme

Dolce & Gabbana mourra avec ses fondateurs

Le plan de Burberry pour rebondir

burberry aw

Le plan de Burberry pour rebondir

À l’issue de son bilan prévisionnel pour la saison 2016-2017, Burberry a décidé d’établir un plan d’économies sur trois ans. Une mesure inhabituelle dans l’univers du luxe.

Reconquérir la clientèle chinoise

Burberry accuse le coup en ce début d’année 2016. La marque de luxe réputée pour la qualité de ses écharpes et ses trench-coats a en effet vu son chiffre d’affaires reculer de 1%, à hauteur de 3,2 milliards d’euros.

À lire aussi : La chute du tourisme chinois s’accentue
En cause principale, la diminution de la demande chinoise qui affecte l’ensemble du marché du luxe et incite les marques à redoubler d’efforts pour reconquérir sa clientèle principale.
Une tendance qui affecte davantage Burberry qui tire 40% de ses revenus des clients chinois. C’est nettement plus élevé que la moyenne de 30% propre au marché du luxe.
burberry 016
Et ce n’est pas prêt de s’arranger selon Christopher Bailey. Le PDG de Burberry se rend bien compte que la période de « croissance exceptionnelle » qu’a connu le secteur du luxe durant ces quinze dernières années, est désormais révolue.
Pour tenter d’amortir ces prévisions pessimistes, Burberry a annoncé le lancement d’un plan d’économies, une initiative très rare pour une marque de luxe.

Burberry réduit ses coûts, une mesure exceptionnelle

Pour faire face à la conjoncture économique difficile et limiter la diminution de ses bénéfices, Christopher Bailey a annoncé la mise en place d’un plan d’économies.
accessoire burberry 2016
Objectif, diminuer les coûts d’au moins 128 millions par an d’ici 2019. « Nous allons engager une réduction de la complexité et une simplification des procédés permettant de garantir la croissance future », a indiqué le PDG de Burberry.
De plus, la marque entend améliorer le rendement de ses boutiques qui se montre inférieur à celui de ses concurrents. Christopher Bailey compte également poursuivre sa stratégie de « simplification » en misant sur la vente immédiate de ses créations – See now, Buy now – et sur le développement du e-commerce.

burberry aw

Le plan de Burberry pour rebondir

« Culture Chanel, La femme qui lit » Platon et Cervantes ont inspiré Coco Chanel

Platon et Cervantes ont inspiré Coco Chanel

30 mai 2016 • Business • Romain
Chanel organisera une exposition sur sa fondatrice Coco Chanel à Venise du 17 septembre 2016 au 8 janvier 2017. La maison de couture française mise depuis plusieurs années sur l’histoire de son patrimoine pour affirmer la qualité de ses produits à l’international.

Immersion au cœur des lectures de Coco Chanel à Venise

À partir du 17 septembre 2016 se tiendra l’exposition « Culture Chanel, La femme qui lit ». Un évènement qui prendra place au sein de la Galerie d’Art Moderne de Venise.
fondatrice chanel
L’exposition mettra au grand jour les lectures auxquelles s’adonnaient Gabrielle Chanel. Des lectures qui l’influenceront dans sa vie personnelle et professionnelle.

Imaginée par Jean-Louis Froment, la rétrospective invite les visiteurs à se plonger dans l’univers de Madame Chanel, à travers des objets uniques qui ornaient son célèbre appartement au 31 rue de Cambon.
Ils pourront y admirer des objets d’art et bijoux uniques, mais surtout les étagères ayant accueilli des œuvres d’écrivains grecs, de poésie contemporaine et de littérature.
On y retrouvera par exemple les ouvrages de Platon, Cervantes, Homère ou encore Mallarmé et Cocteau. Des auteurs qui, par l’intermédiaire de Coco Chanel, ont exercé une influence considérable sur les tendances de la mode de l’époque.

Culture Chanel promeut l’histoire de la maison dans le monde

Les années précédentes, Chanel avait exposé son histoire à Moscou, Pékin, Paris ou encore Séoul. La 7ème édition de Culture Chanel prendra cette fois place au cœur de la Galerie d’Art Moderne de Venise.
coco chanel
L’évènement Culture Chanel au Musée d’Art Contemporain de Shangai avait attisé la curiosité des passionnés et consommateurs de la marque Chanel en 2011. Un espace avait spécialement été aménagé pour leur permettre d’explorer, d’interagir et d’en apprendre plus sur l’histoire de la maison de couture.
Une stratégie efficace puisque Chanel est aujourd’hui la marque de luxe la plus appréciée par les consommateurs chinois.

Le saviez-vous

Après la mort de sa femme à 32 ans, Albert Chanel décide de déposer ses trois filles à l’orphelinat. Gabrielle Chanel avait alors 12 ans.

Journal du Actualité du luxe

Une pièce de monnaie transformée en avis de recherche

Une pièce de monnaie transformée en avis de recherche

Publié le 29/05/2016 Twitter : @BenjaminAdlerLA

Image actu

Après deux ans de négociations avec l’Etat belge et l’Union européenne, Wunderman/These Days et Child Focus ont lancé le 25 mai dernier une campagne d’alerte et de conscientisation qui étend le champ publicitaire au domaine de la prévention publique.

L’information vous aura sûrement échappé, mais nous ne vous jetterons pas la pierre, Pierre. Le 25 mai dernier se tenait la Journée internationale des enfants disparus, émanation globalisée d’une initiative née en 1983 aux Etats-Unis. Sur le Vieux continent, 250 000 enfants sont portés disparus chaque année, soit un gamin toutes les deux minutes selon la Commission européenne. D’après les derniers chiffres du ministère de l’intérieur français en 2015, 48 895 disparitions de mineurs ont été inscrites au Fichier des personnes recherchées. Les chiffres donnent le haut de cœur. La nausée sartrienne a poussé la pub et l’associatif à jumeler leurs compétences pour frapper la tête d’un enfant recherché depuis deux décennies sur un million de pièces de 2 euros.

Intitulée « Pièce de l’espoir », la campagne physique et sociale a choisi la journée de mémoire et d’hommage du 25 mai, organisée en Europe depuis 1998, pour donner à la cause une exposition encore jamais vue. Après deux ans d’un travail de conviction auprès du ministère des finances belge et d’autres pays européens, Wunderman/These Days et Child Focus Belgique ont réussi à transformer une pièce de monnaie en avis de recherche. Comment ? En devinant le visage qu’aurait aujourd’hui Liam Vandenbranden, disparu il y a 20 ans quand il avait deux ans, et en le frappant sur un million de pièces de 2 euros, réparties dans toute l’Europe.

Dans un email envoyé au site Creativity Online, le ministre des finances du royaume trilingue confie que, si les pièces commémoratives sont monnaie courante chaque année en Europe, rarement un message aura été aussi symbolique et véhément. « En utilisant et répandant cette pièce sur tout le continent nous envoyons un message d’espoir fort : nous voulons encore ramener cet enfant chez lui », commente Johan Van Overtveldt. « Cette campagne est complètement dédiée à Liam mais son visage est devenu celui d’un problème international. Une devise constitue un canal formidable car de nature elle voyage », explique lui Lincoln Bjorkman, Global COO de Wunderman, dans un communiqué de presse. Lucide et franc, il ajoute : « L’idée de la campagne est simple : mettez l’idée sur une monnaie et l’idée se déplacera avec elle. Nous avons été bluffés par le nombre de gouvernements qui nous ont soutenus. Comme parfois notre industrie peut être extrêmement cynique, c’est rassurant et motivante de sentir ce support. »

La pièce de monnaie, fantastique medium publicitaire

Pour rendre possible cette campagne de prévention publique, le Roi Philippe de Belgique a dû accepter de céder sa place sur les pièces qui après un accord passé avec Lidl, sortent des caisses des supermarchés de l’enseigne de grande distribution low cost. Partenaire de l’initiative, la chaîne réserve mêmes les entrées de ses magasins aux panneaux et posters qui promeuvent la « Pièce de l’espoir ». Pour compléter le dispositif physique, Wunderman a réalisé un film diffusé en ligne et à la fin de quelques de plusieurs spots TV, plus deux films distribués eux uniquement sur la Toile. Le premier met à l’honneur la pièce commémorative, les deux autres se concentrent sur les histoires et les témoignages de parents orphelins.

Evidemment, ce contenu vidéo est accompagné par une campagne bien ficelée sur les médias sociaux : chaque possesseur même ponctuel de la pièce, est invité à prendre un selfie de lui avec le futur collector et le poster en ligne avec le hashtag dédié #CoinsofHope. Pour ceux qui n’ont jamais pu avoir en poche la pièce de 2 euros, ils peuvent quand même se rendre sur la plate-forme de la campagne pour y incruster le visage de Liam Vandenbranden et se prendre en photo avec. « Une pièce de monnaie est probablement le medium publicitaire le plus naturel qui soit puisqu’elle se propage de main en main, d’esprit en esprit, de nation en nation, et pas seulement le temps de la campagne », se réjouit Samuel de Volder, executive creative director de l’agence belge.

Wunderman/These Days n’est pas la seule agence à avoir mis sa créativité au service de cette cause sans frontière. Aux Etats-Unis, BBDO s’est associée avec la police de New-York pour récemment remplacer un mannequin par un enfant disparu sur les devantures de magasins. Quelques années plus tôt, VML avait transformé le classique bouton « skip ad » de pre-roll en une incitation à reporter un enfant disparu. En 2010 en Allemagne, les agences kempertrautmann et fischerAppelt avaient elles mises en place la plus prestigieuse des scènes pour lancer leur campagne « Germany will find you», à l'occasion d'un match du Bayern Munich. La campagne avait été récompensée aux Cannes Lions.

Benjamin Adler
Benjamin est le correspondant d’INfluencia aux Etats-Unis, à Los Angeles, depuis octobre 2011. Diplômé de l’ESJ Paris et du CFPJ, il a également été correspondant à Sydney et Bruxelles. Il est un témoin privilégié des nouvelles tendances collaboratives et technologiques en couveuse.

Twitter : @BenjaminAdlerLA