jeudi 1 décembre 2016

Les entrepreneurs européens ne rougissent plus face à la Silicon Valley


Brexit ou pas, l'écosystème de start-up européen est en passe de devenir un acteur majeur de la Tech à l'échelle mondiale, selon le rapport «The State of European Tech 2016: the future is being reinvented in Europe» réalisé par le fonds d'investissement Atomico, et présenté à l'occasion de la conférence Slush, qui débute ce mercredi 30 novembre à Helsinki.
Dans le cadre de cette étude, près de 1 500 entrepreneurs, investisseurs, employés de la Tech, et influenceurs en Europe ont été interrogés. Il en ressort que ces derniers sont confiants quant au potentiel de la Tech dans le vieux continent, à 88%. Interrogés sur la question, près de 8 répondants sur 10 estiment ainsi que le vote du Brexit n'a eu à ce jour aucun effet sur leur entreprise. Les entrepreneurs britanniques sont 82% à partager cet avis. 
Au-delà de la conjoncture, plutôt propice au développement de champions de la Tech, l'écosystème dispose également d'atouts de taille à faire valoir, estiment les auteurs de l'étude. 

5 des 10 meilleures écoles informatiques sont européennes

Premier point fort de l'Europe par rapport au reste du monde: ses écoles et instituts de formation, particulièrement réputés. 5 des 10 meilleures écoles en informatique sont en effet européennes, à l'image de l'ETH à Zurich, d'Oxford ou encore de l'Imperial College à Londres. En outre, les trois quarts des répondants à l'enquête estiment que les ingénieurs européens sont bien, voire très bien formés.
Sans surprise, ces talents sont courtisés, y compris en dehors des frontières européennes, et près du tiers des membres de l'écosystème interrogés ont une impression de pénurie de talents. Les auteurs de l'étude ont pourtant recensés 4,7 millions de développeurs en Europe à l'heure actuelle, contre 4,1 millions aux Etats-Unis. 
Au-delà des profils techniques, les MBA des meilleures business schools européennes forment également de plus en plus de futurs cadres de la Tech. A titre d'exemple, 1 diplômé de la promotion 2015 du MBA de la London Business School sur 5 a trouvé un emploi dans le secteur du numérique. C'est 25% de plus comparé à la promotion précédente. 

L'accès au financement est resté stable depuis 12 mois

Autre atout de l'Europe, si l'on regarde ce qui se passe aux Etats-Unis, l'accès aux financements est resté stable voire s'est assoupli ces douze derniers mois, pour 71% des investisseurs. Une proportion équivalente d'entrepreneurs partagent cet avis. 
Plus précisément, entrepreneurs et investisseurs estiment que l'accès aux financements early-stage est globalement resté le même, tandis que 31% d'entre eux estiment que l'accès aux financement later stage est plus facile depuis un an. On regrettera que l'étude ne donne pas de détail par pays sur ce sujet. 
atomica-slush-2016-2
Autre constat de l'étude, en matière de financement des pays comme la France, la Suède ou encore l'Espagne commencent à concurrencer le Royaume-Uni et l'Allemagne, qui concentraient historiquement plus de la moitié des investissements réalisés en Europe. 

Une volonté de se rapprocher géographiquement des talents

Preuve de l'attractivité de l'Europe en matière de création d'entreprises, plus de la moitié (58%) des entrepreneurs interrogés estime être au bon endroit pour créer leur entreprises. S'ils devaient créer une nouvelle entreprise, 16% d'entre eux iraient vivre dans un autre pays européen, 12% rêveraient de s'installer dans la Silicon Valley, et 8% ailleurs aux Etats-Unis.
Parmi les raisons évoquées pour justifier cette envie de s'expatrier pour entreprendre, les répondants citent en premier lieu l'accès à des talents (à 71%), la qualité de l'écosystème (à 69%), et des coûts opérationnels plus faibles (à 51%). L'accès au capital n'est cité que par 44% des répondants. 
atomica-slush-2016-1
Enfin, en termes de répartition géographique, le Royaume-Uni, l'Allemagne, et la France arrivent en tête des pays les plus attractifs pour les talents de la Tech à la recherche d'opportunités professionnelles, tous profils confondus. Sans surprise, les communautés Tech dans les capitales de ces trois pays sont particulièrement dynamiques: +20% de membres actifs recensés à Londres entre 2015 et 2016, +33% à Paris ou encore +49% à Berlin. 
 
** Méthodologie : Un questionnaire a également été mené auprès de près de 1 500 entrepreneurs, investisseurs, employés de la Tech et influenceurs européens entre septembre et octobre 2016. Le rapport a également été établi grâce à des informations fournies par des partenaires tels que Linkedin, Meetup, etc.
 

 
LIRE aussi : 
Claire Spohr

Claire Spohr

Chargée d'études à la Rédaction at Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs