mercredi 30 mars 2016

Le bulletin de paie numérique se normalise: quels défis technologiques?

Le bulletin de paie numérique se normalise: quels défis technologiques?

Ce sont les arbres qui vont être contents… Selon le projet de loi porté par la Ministre du Travail Myriam El Khomri, dès janvier 2017, chaque employeur pourra décider unilatéralement de transmettre à ses salariés leurs bulletins de salaire par voie électronique.
Ecologie mise à part, cette mesure a beau ne pas déchaîner la polémique et paraitre une formalité à l’heure des smartphones et des e-mails, elle est plus lourde de conséquences qu’il n’y parait.

Zéro papier= Zéro sécurité?

Si on ne risque plus de perdre, de déchirer ou de voir son chien manger ses fiches de salaire, d’autres problèmes se posent. Qui dit numérisation dit sécurisation. Alors, hors de question de recevoir sa fiche de salaire sur une boite mail aisément piratable…
L’Etat décide de prendre les choses en main et de se porter garant en créant un coffre-fort virtuel, destiné à regrouper toutes les informations liées au salarié et à devenir le fameux «Compte Personnel d’Activité».

L’Etat condamné à être le tiers de confiance universel?

On l’a déjà vu avec le projet d’authentification des diplômes, les «chocs de simplification» et le passage des entreprises à l’ère numérique semblent dans tous les cas nécessiter une béquille étatique.
Cette béquille est-elle satisfaisante en termes de sécurité des données ? L’Etat pourra-t-il continuer à jouer le rôle de garant universel dès qu’un pan de l’économie se numérise ?
Il est certain que l’entreprise ne peut pas continuer à se moderniser au seul rythme des réformes des gouvernements successifs et doit trouver d’autres moyens pour certifier les fiches de paie ou tout autre document ayant de la valeur.
La révolution Blockchain, initialement appliquée au Bitcoin, permet déjà de se passer de tiers de confiance, alors pourquoi ne pas l’appliquer à la sécurisation des fiches de salaire ? Des écoles ont déjà commencé utilisé la Blockchain pour certifier leurs diplômes, prouvant que la technologie est adaptée à la sécurité documentaire. Grâce à la Blockchain, les fiches de paie feraient partie d’un grand registre décentralisé et infalsifiable.
Avec la certification des bulletins de paie, mais aussi des diplômes ou des contrats, il y a même là tout un marché à portée de main pour les entrepreneurs toujours en quête d’idées pour faciliter la vie des entreprises. Plutôt que de se positionner comme tiers de confiance universel, l’Etat aurait intérêt à favoriser l’émergence de solutions décentralisées que les entreprises choisiraient librement.
De l’intérêt de multiplier les dispositifs de certification
Contrairement à ce qui est annoncé, le Compte Personnel d’Activité aura certainement plus vocation à devenir un site d’information qu’un «coffre-fort». Une plateforme Web avec identifiants n’a vraiment rien d’inviolable… Et qui peut savoir si dans 40 ans on utilisera encore des sites Web…

Alors le papier doit-il faire de la résistance ?  

Le papier ne disparaitra peut-être jamais car beaucoup restent attachés à son caractère «palpable» mais il est certain que l’on ne peut plus se cantonner à une fiche de paie unique qui doit servir de «preuve» pendant des décennies. Pour se prémunir des feuilles égarées et de l’obsolescence des technologies, il faut donc multiplier les supports et rester ouverts aux futures innovations: Compte Personnel d’Activité pour se renseigner, papier avec sceau de certification du contenu informationnel pour stocker, Blockchain et/ou solution auto-authentifiante pour certifier… Il y en aura encore bien d’autres dans les années à venir.
On le voit bien, les réformes du Gouvernement tentent de faire entrer un peu de modernité dans le monde du travail au risque de nous enfermer pour longtemps dans une technologie qui un jour sera obsolète. Il faut donc laisser place à l’innovation, donner plus de marge de manœuvre aux entreprises et aux salariés et, surtout, combiner les dispositifs de certification. Compte Personnel d’Activité, Blockchain, sceau de certification et bien d’autres encore, tous ont vocation à coexister !
  • A propos
2015-Christian-GuichardChristian Guichard est président-fondateur d’Authentication Industries, une société qui développe et commercialise des solutions d’authentification et de traçabilité à travers le monde.
Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits