samedi 27 février 2016

Résultats du 54e Observatoire Banque Palatine des PME-ETI

Résultats du 54e Observatoire Banque Palatine des PME-ETI
 
Net coup d’arrêt pour la confiance des dirigeants PME-ETI en février
Ils souhaitent une évolution du code du travail et un assouplissement des règles relatives à l’organisation du temps de travail

Paris, le 18 février 2016
La Banque Palatine, banque des ETI au sein du Groupe BPCE, présente les résultats
de son 54e Observatoire Banque Palatine des PME-ETI réalisé par OpinionWay et
Challenges auprès de 303 dirigeants d’entreprises (CA de 15 à 500 millions d’€) du 4
au 25 janvier au 5 février 2016.

A RETENIR
Les niveaux de confiance, d’investissement et d’emploi marquent un net coup d’arrêt par
rapport à janvier 2016, en raison notamment des incertitudes sur la croissance de l’économie
mondiale et la perturbation des marchés financiers.
Les chefs d’entreprises souhaitent que l’exécutif fasse évoluer rapidement le Code du Travail
et assouplisse les règles relatives à l’organisation du temps de travail.

La confiance, l’investissement, l’activité et l’emploi
Après 6 mois pendant lesquels la confiance des dirigeants en leur entreprise était au plus haut, celle-ci
enregistre aujourd’hui une importante baisse, passant de 88 % de confiance à 76 %. La très grande
majorité des ETI étant très présentes à l’international, les dirigeants se sentent particulièrement
concernés par la dégradation de la situation économique mondiale. Néanmoins, la part des dirigeants
confiants reste très largement majoritaire.
Après une hausse importante en janvier, les prévisions de croissance connaissent une correction. La part des PME-ETI qui pensent atteindre un chiffre d’affaires plus élevé en 2016 qu’en 2015 a nettement diminué (42 % ; -7 points) mais reste à un niveau supérieur aux mois précédents. Conséquence directe de ce fléchissement, l’Indice Investissements Palatine-OpinionWay, après avoir atteint son plus haut niveau en janvier (116), est en nette baisse à 109 points.
Concernant l’emploi, la part des PME-ETI qui prévoient d’augmenter le nombre de salariés reste
supérieure à celle envisageant de le réduire (14 % vs. 12 % ; solde positif : +2 points) mais l’écart se
réduit nettement. Il reste plus élevé pour le solde d’embauche pour les cadres (9 % vs. 5 % ; +4 points).
Dans le même temps, la confiance en l’économie mondiale continue son érosion avec une confiance de seulement 43 % (-12 points depuis novembre 2015). Ce coup d’arrêt est notamment lié à des marchés financiers perturbés et aux incertitudes persistantes dans les pays émergents, notamment en Chine.
La confiance en l’économie française perd aussi du terrain pour se retrouver à un niveau similaire à
octobre 2015 (37 %). Les dirigeants s’inquiètent notamment des conséquences du contexte international sur leur activité mais également des hésitations de l’exécutif sur l’évolution jugée nécessaire du Code du Travail.

Questions d’actualité : Code du Travail et simplification
Ainsi, les dirigeants de PME-ETI considèrent que la gestion administrative des heures supplémentaires et des RTT est complexe (82 % et 78 % respectivement). La très grande majorité (80 %) est favorable à une évolution du Code du Travail conférant aux accords d’entreprise la responsabilité de fixer les modalités d’organisation du temps de travail (ex : taux de majoration, nombre d’heures supplémentaires).

85 % pensent qu’un assouplissement de la réglementation sur les 35 heures serait également un
bénéfice pour les entreprises françaises (85 %) et pour leur propre entreprise (81 %).
Ils seraient également très favorables à disposer de plus de libertés sur le montant des majorations des
heures supplémentaires, que ce soit pour les entreprises françaises en général (82 %) ou dans leur
propre entreprise (78 %) en particulier.
Pour Pierre-Yves Dréan, Directeur général de la Banque Palatine : « Après les niveaux records observés en janvier, les indicateurs marquent un coup d’arrêt. Cette correction est notamment due à la
dégradation du contexte économique international qui s’accentue en ce début d’année. Malgré tout, la
très grande majorité des dirigeants restent toujours confiants pour leur activité. Des annonces sur la
simplification administrative et la réforme du Code du Travail ont été faites par l’exécutif. Pragmatiques, les chefs d’entreprises attendent avec impatience des décisions concrètes. Elles pourraient créer enfin le choc psychologique qui relancerait l’investissement et donc l’emploi ».

A propos de la Banque Palatine
La Banque Palatine, banque des entreprises et banque privée (Groupe BPCE), est aux côtés des entrepreneurs aussi bien sur le plan
professionnel que personnel depuis plus de 230 ans. Elle déploie son expertise auprès des moyennes entreprises et des ETI (Entreprises
de Taille Intermédiaire). Son réseau de 51 agences en France en synergie avec les métiers d'expertise (ingénierie patrimoniale,
juridique et fiscale, conseil en investissement, approche globale du patrimoine du dirigeant, corporate finance, immobilier, international,
salle des marchés...) accompagne aujourd'hui 12000 entreprises et 61000 clients particuliers. www.palatine.fr & @BanquePalatine

A propos de l’Observatoire Banque Palatine des PME/ETI
Étude quantitative réalisée du 25 janvier au 5 février 2016 auprès d’un échantillon de 303 dirigeants d’entreprises (PDG, DG, DAF, …) dont le chiffre d’affaires est compris entre 15 et 500 millions d’euros. La représentativité de l’échantillon a été assurée par un redressement en termes de secteurs d’activité et de chiffre d’affaires.
Mode d’interrogation : L’échantillon a été interrogé par téléphone sur système CATI. Toute publication totale ou partielle doit
impérativement rappeler la janvier méthodologie et utiliser la mention complète suivante «Observatoire PME/ETI – OpinionWay/Banque Palatine / Challenges ».

Etude complète en annexe et disponible sur demande ou en ligne sur www.palatine.fr
Contact presse Banque Palatine - Mathieu Ferrié : 33 (0)1 55 27 94 34 - mathieu.ferrie@palatine.fr

Capture d'écran: https://www.palatine.fr